["Toi Le Blog, méfie-toi, t’es en train de te faire griller par Twitter. Je le vois, ton propriétaire qui te délaisse, qui choisit la rapidité et la facilité du partage en deux clics aux pages blanches que tu lui proposes de remplir au clavier, avec de vrais morceaux de syntaxe dedans. Il a poussé le sadisme jusqu’à te coller sa maudite timeline dans ta colonne latérale, pour mieux te faire souffrir avec ces gazouillis impersonnels et analphabètes. Oui tu es en train de te faire bouffer par Twitter, ce fast-food minimaliste du web communautaire, et du coup il ne se met à table avec toi que tous les trois mois, réagis bonhomme ! Montre lui que t’es un blog, un vrai, avec ce qu’il faut où il faut : des conjonctions de coordination, des adverbes et des phrases de plus de 140 signes ! Allez Le Blog, défends-toi, on est tous derrière toi !" Signé : le club des supporters du Blog.]

——————————————————————————————————————————————————————–

2011 se termine en trombe et j’ose à peine revenir sur les trois mois qui viennent de passer tant mon petit récit musical personnel a pris du retard. Il y a pourtant des choses à dire, ne serait-ce que sur les trois derniers concerts (Miossec, Lail Arad/Herman Dune, Brett Dennen), sur ceux sur lesquels j’ai fait l’impasse à commencer (sacrilège !) par les omniprésentes et omnivores Transmusicales de cette bonne ville de Rennes, sur ceux qui arrivent (Ben Howard, Piers Faccini), sur des sorties d’albums attendus et/ou surprenantes et évidemment sur de nouvelles découvertes. Voilà donc mon plan théorique dévoilé, mais encore faudrait-il que je m’y tienne sans partir dans des logorrhées digressives à la moindre occasion venue.

Gaetan Roussel

Et puis merde quoi, tant pis, je parlerai de tout ça dans un autre billet, et si pour une fois j’écrivais un truc sur tout ce qui m’a énervé ces derniers mois ? Oui parce que ça fait longtemps que je n’ai pas dit du mal sur quelqu’un, et que franchement en cette fin d’année il y a de quoi dire. Pour commencer, ça ne vous aura forcément pas échapper : Louise Attaque et Noir Désir ont sorti chacun un “Best Of”. Pire encore, deux des anciens membres de Louise Attaque courent même les plateaux télé pour vendre le leur ! C’est ainsi que Nagui, Alexandre Devoise et les autres posent chaque fois les mêmes questions (“Alors la re-formation de Louise Attaque c’est pour quand ? Un nouvel album en préparation ?”), qui apportent chaque fois les mêmes réponses mal à l’aise (“euh… non c’est pas prévu, c’est trop tôt…”) d’un Gaëtan Roussel qui a l’air d’être là pour faire plaisir à quelqu’un. Quelle ironique trajectoire pour ces deux groupes qui se voulaient les chantres du rock français anti-médias voire anti-système, et qui finissent par céder à la fois à l’attrait du gain mais aussi aux probables supplications de leur maison de disques au bord du gouffre. C’est quand même triste.


Amy Winehouse Lioness

Dans le même ordre idée des trucs qui me hérissent un peu-beaucoup, il y a aussi l’album posthume de Amy Winehouse (“Lioness: Hidden Treasures”). Après sa mort, on nous promettait des titres inédits extraordinaires déjà enregistrés et donc un 3ème album digne de ce nom à venir. Au lieu de ça, là encore il faut croire que la maison de disques à moins que ce ne soit la famille de la défunte, ou les deux, a préféré sortir (juste avant Noël…) quelques enregistrements réchauffés à la cohérence artistique très relative mais à l’intérêt mercantile évidemment non négligeable ! Bien sûr on écoute avec plaisir cette compilation posthume de reprises, duos et autres démos bricolées, mais quand même, si les maisons de disques voulaient finir de nous dégoûter du business de l’industrie musicale, elles ne s’y prendraient pas autrement.

Passons d’une jeune diva de la soul à une autre avec Adele qui, bien sûr est une fabuleuse interprète, mais qui s’est transformée aussi depuis quelques mois, et c’est évidemment le revers de la médaille, en produit matraqué des radios et télés au point de nous le rendre indigeste voire carrément insupportable. Oui je sais je me répète, le “New Soul” de Yael Naim et les tubes de Cocoon m’ont fait le même effet, mais quand même, les lois de la pub et du marketing et la fainéantise intellectuelle des programmateurs musicaux gâchent mon plaisir, et je ne m’habitue pas à tant de bêtises.

Prix Constantin 2011

Là vous allez me dire : “- Bon c’est tout, t’as fini de râler oui ?”. Et je vous répondrai : “- Eh bien non justement. Alors ta gueule”. Oui parce que je vous tutoie quand je suis énervé, et parce que je ne vous ai pas encore parlé du Prix Constantin 2011. Prix Constantin dont le Président du jury était cette année Gaëtan Roussel, oui je sais, encore lui, mais en même temps c’est pas de ma faute ! Bref, depuis plusieurs années, à travers une sélection de dix “nominés” ce prix associé à France Inter met un coup de projecteur souvent mérité sur des artistes méconnus ou en devenir et pour ça, d’abord, vraiment bravo. De ce point de vue, ce millésime 2011 n’a d’ailleurs pas dérogé à la règle avec une sélection plutôt éclectique et de qualité. Sauf que bon nombre de mélomanes était d’accord sur le fait que vu leurs ventes d’albums et leur exposition médiatique déjà conséquentes, les “nominés” Selah Sue et à une moindre mesure Brigitte, n’étaient plus vraiment dans la “cible” habituelle du Prix. Et pourtant… And the winner is… Selah Sue ! Bon ok bravo, mais merde quoi, c’est pas sérieux ! Pour l’avoir vue moi-même en première partie de Patrice au Liberté il y a un an, je peux dire qu’elle mérite son succès et même des récompenses la petite belge ; mais pas le Prix Constantin quoi, le timing n’est pas bon, elle a passé le cap de la “débutante qu’on voudrait aider un peu”, et ça serait même d’ailleurs plutôt sympa d’y aller mollo avec les projo plein feux sur elle et d’éviter d’en faire trop vite l’”Adele-francophone” à grand coup de “plan-média” (ouh qu’elle est longue cette phrase !). Bref, tout comme je le fais ici, ça a un peu râlé sur la blogosphère et twittosphère musicales. Les organisateurs du Constantin l’avaient pourtant joué plutôt finauds en associant bon nombre de blogueurs musicaux à leur communication autour de la sélection 2011, mais on peut dire sans exagérer que l’annonce de la lauréate a fait grincer quelques dents.

Brett Dennen

Allez, pour en finir avec les trucs qui m’ont agacé, promis après j’arrête (j’inscris ça dans mes bonnes résolutions pour 2012), il y a ce concert tout pourri de Brett Dennen à Rennes. Alors d’accord, il n’était venu que pour assurer la première partie de Milo (que j’ai trouvé sans intérêt au point de partir au bout de trois chansons), et forcément le public n’était pas venu pour voir Brett et ne connaissait pas vraiment sa musique, mais justement, il y avait là un public à convaincre si notre jeune californien s’était montré un peu plus accessible et heureux d’être sur scène. Au lieu de ça, il a joué ses chansons, dit deux ou trois phrases avec un accent difficilement compréhensible, et visiblement dépité ou agacé il a écourté son set pour laisser la place à la ”star” de la soirée. Finalement ce n’est même pas de l’agacement que j’ai ressentie pour Brett Dennen dont j’aime pourtant toujours beaucoup les premiers albums, mais plutôt de la tristesse. Que faisait-il là ? Qu’attendait -il en venant faire une 1ère partie d’un chanteur assez peu connu en France ? Mystère.

Fin du billet “ça m’énerve”. La prochaine fois peut-être, je vous parlerai vraiment de Miossec, Ben Howard, Piers Faccini, Emilie Simon, Herman Dune, Lail Arad, des Black Keys ou même de Ben Mazué et Coeur de Pirate (si si !). Enfin… si je suis de bonne humeur.

Sur le même thème :